Il n’y a pas de compagnies aériennes “durables”

La “honte du vol”, c’est-à-dire la stigmatisation sociale associée au fait de prendre l’avion en raison de son impact sur l’environnement, est un phénomène dont les proportions sont difficiles à évaluer, mais qui est certainement en augmentation compte tenu de l’attention croissante portée aux causes écologiques. Un récent sondage de la banque suisse UBS indique que 21% des personnes interrogées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France ont déclaré avoir réduit le nombre de leurs vols au cours de l’année dernière.

L’existence d’une certaine hostilité sociale à l’égard des vols est également confirmée par le comportement des compagnies aériennes, qui s’efforcent depuis longtemps d’être sensibles à l’impact environnemental des avions de ligne, en prenant diverses initiatives pour compenser leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais un article récent du Wall Street Journal expliquait que ce genre de projets est dans la plupart des cas des alouettes : “Il n’y a pas de moyen facile de résoudre la “honte du vol”.

Le transport aérien est à l’origine d’environ 2,4 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique, ce qui est peu par rapport au trafic routier, qui en est responsable à hauteur de 16 %. Dans le secteur automobile, cependant, il y a la perspective des voitures électriques, qui, selon beaucoup, représenteront l’avenir de l’industrie.

Pour les avions électriques, les choses sont beaucoup plus compliquées : contrairement aux réservoirs de carburant, les batteries ne s’allègent pas pendant le voyage, et même les plus performants et les plus avancés permettent maintenant des distances de quelques centaines de kilomètres. Selon le Wall Street Journal, même avec l’hypothèse optimiste que la vitesse à laquelle nous sommes actuellement capables de concevoir des batteries de plus en plus puissantes triple, les avions électriques arriveront au siècle prochain. En attendant, les expériences les plus prometteuses sont celles des avions hybrides, qui ont des perspectives temporelles plus proches.

Des compagnies aériennes ont essayé d’être soucieuses de l’environnement.

La société néerlandaise KLM, par exemple, a mené une campagne de sensibilisation des clients en leur demandant de réfléchir aux alternatives possibles au transport aérien avant de réserver un billet.

EasyJet a annoncé qu’elle souhaitait devenir la première compagnie aérienne ” neutre en carbone “, c’est-à-dire avec un bilan global de zéro émission de gaz à effet de serre, par la pratique de la ” compensation carbone “. Il consiste à investir de l’argent dans des projets tels que le reboisement, la modernisation énergétique ou la construction de parcs éoliens ou solaires : ces investissements sont certifiés avec un certain nombre de tonnes de dioxyde de carbone éliminées de l’atmosphère, donc théoriquement une entreprise peut faire des investissements similaires pour compenser ses émissions.

Cependant, la pratique de la compensation carbone a longtemps été critiquée et son efficacité est très douteuse. L’une des principales accusations est que c’est une façon pour les entreprises de se laver la conscience sans pour autant réduire leurs émissions. Les doutes sont encore plus concrets, car de nombreuses enquêtes ont montré qu’en réalité, la quantité de dioxyde de carbone retirée de l’atmosphère par ces projets est beaucoup plus faible que ce qui a été déclaré.

Une étude récente de l’Institut de l’environnement de Stockholm, citée par le Wall Street Journal, indique que les trois quarts des projets financés par le système de compensation des gaz à effet de serre financés d’ici 2015 auraient été réalisés de toute façon. Souvent, ces projets sont ensuite réalisés dans les pays en développement, où il est plus difficile de suivre et d’évaluer leur efficacité.

L’initiative EasyJet a été accusée d’hypocrisie, étant donné que la compagnie aérienne a récemment ouvert une ligne entre Birmingham et Edimbourg, qui n’est qu’à 4 heures et demie de train. L’International Airlines Group, propriétaire de British Airways et d’Iberia, a également annoncé une campagne similaire, promettant de ne pas émettre d’émissions nettes d’ici 2050 : 43 % le feront toutefois grâce aux compensations carbone.

Le principal problème, si l’on considère l’évolution du phénomène à court et moyen terme, est que le nombre de personnes qui prennent l’avion augmente, et l’Association internationale du transport aérien estime que d’ici 2037, elles seront deux fois plus nombreuses qu’aujourd’hui.

Bien qu’un avion puisse être plus efficace sur le plan énergétique qu’une voiture, en termes d’émissions par passager, la concurrence entre les compagnies aériennes fait baisser le prix des billets, au détriment des investissements dans les biocarburants qui génèrent moins d’émissions. Dans l’aviation civile, les émissions ont augmenté de 30 % entre 2013 et 2018.